1
2
3
4
5
6
7
8
previous arrow
next arrow

Prânayâma & Méditation

Prânayâma & Méditation

Sur rendez-vous à la Sarrette ou à votre domicile

Méditation

MÉDITATION signifie littéralement

« Bhâvana » en sanskrit – croissance – culture – être – devenir
« Gom » en tibétain – familiarisation – entrainement – habituation

Méditer, c’est s’entraîner à prendre soin de son esprit, se familiariser à un état d’esprit positif et bénéfique, apprendre à cultiver les graines du bonheur à chaque instant, chaque mouvement de nos trois portes: corps, parole, esprit…
Méditer, ce n’est pas « planer » ni fuir, en fait, c’est être complètement honnête avec soi-même: regarder vraiment ce que nous sommes et travailler avec cela afin de devenir plus positifs et utiles pour nous même et pour les autres. Les médecins la prescrivent à leur patients pour faire face à divers maladies et dépression. Des scientifiques étudient son effet sur le cerveau et le système immunitaire.

Méditer, c’est dompter, apprivoiser, transformer son esprit, ne plus être esclave de ses impulsions perturbations, faire face à la douleur, apprendre à être heureux à tout moment, dans toutes les situations même si elles sont difficiles ou douloureuses …
La base de la transformation est « ahimsa » la non violence de Gandhi. S’il est difficile d’être bénéfique au moins s’entraîner à ne plus heurter les autres, protéger toutes formes de vie… nous conseillent les maîtres de l’esprit.

« Méditer, c’est être conscient de tout à chaque instant » Krishnamurti

« Le vent parcourt l’espace en survolant les continents sans jamais s’y attacher. Il traverse le ciel sans y laisser de traces. Les pensées devraient nous traverser l’esprit de la même façon, sans y laisser d’empreintes karmiques ni altérer la réalisation de la simplicité fondamentale. » Padampa Sangyé

TARIFS

Méditation et Prânayâma à la carte – Durée 1 heure :

  • carte 1 cours 12€
  • carte 5 cours : 55€
  • carte 10 cours : 100€

Prânayâma

Le Prânayâma consiste à placer sous le contrôle de la conscience, le rythme de la respiration qui en temps ordinaire s’effectue automatiquement. Il constitue la 4ème étape du yoga et représente l’ensemble des techniques élaborées et perfectionnées depuis des siècles par les yogis dans le but de se rendre maître de leur corps et de leur esprit.

« Qui tient le fil de son souffle, tient le fil de ses pensées. » Lanza del Vasto

Le souffle est en effet le grand conducteur qui unit le monde intérieur au monde extérieur. Il parvient à établir l’harmonie entre le corps mental et le corps physique.
« Lorsque le prâna est agité, le mental est agité, lorsque le prâna est immobile le mental est immobile et le yogi atteint la stabilisation, c’est pourquoi il faut arrêter le souffle. » Hatha Yoga Pradipikâ 2/2

Prâna : Souffle de vie, principe de vie, énergie vitale, respiration, vitalité, esprit, essence même de tout ce qui existe manifesté ou non-manifesté.
Yâma : maîtrise de la force vitale, diriger, contrôler, étirer au delà de soi, s’élever, offrir.
A-Yâma : extension, expansion, abandon…

Durant les différentes cessions proposées, nous pratiquerons les prânayâmas mentionnés dans Hatha Yoga Pradipikâ, nâdi sodhana, kapâlabhâti, sûryabhedana, ujjayin, sîtkârin, sîtalî, bhastrikâ, bhrâmarin, mûrcchâ, plâvinî, accompagné des bandha (ligaturer, maintenir, nouer, resserer, sceller, boucler) et de mudrâ (geste et attitude intérieure).
Les rétentions respiratoires (kumbhaka), poumons pleins (anthar kumbhaka) et poumons vides (bahir kumbhaka) seront approchées dans le respect de chacun.

Toutes ces techniques amènent des purifications, de la vitalité, de la stabilité émotionnelle, mentale, la découverte de plans de consciences subtils , d’être plus réceptifs aux vibrations de notre cœur en lien avec cette énergie vitale primordiale.
Les exercices respiratoires sont important, mais l’esprit dans lequel on les accomplit est plus important encore.

« Sans souffle rien n’existe, ni corps, ni pensée, ni monde.
Le souffle est l’origine et la fin du savoir.
Sans lui il n’y a pas de vie.
Et personne ne sait d’où il vient, ni où il va.
Il est le courant d’air, le vent libre et inconnu qui anime tout. »

André Rielh